Association Universelle des Amis de Jeanne d'Arc



Adresse : 85 rue Petit - 75019 Paris


Email : mairep@gmx.fr


Tél. : 06.80.72.72.77

Fondée en 1953.

Le général Weygand en assure dès le début, une présidence d'honneur active et efficace.

 

But de l'association

Présenter une image complète et exacte de Jeanne d'Arc dans un esprit strictement culturel

Son action Recherche, Diffusion Liaison avec les pays étrangers


Compiègne
Jeudi, 05 Avril 2012 11:27



COMPIEGNE




Compiègne, printemps 1430

Par trois fois Jeanne vint en la cité

« Voir ses bons amis » mais fleurissait alors

Et déjà trahison était en marche :

Bournel , à Soissons lui refusa passage

Et remit les clefs de la ville

A Jean de Luxembourg.

Choisy à son tour lui fit allégeance

Le duc aussitôt se porta sur Compiègne.

Félonies, retournements

Sourde angoisse au cœur de Jeanne.



Compiègne ! la fille au grand cœur se souvient :

En l’église Saint Jacques à la fin de l’Office

Elle avait communié au Corps de son Seigneur

Puis s’abîma en profonde oraison

Prosternée à l’ombre d’un pilier.

Des enfants à l’âme sans repli

Accueillirent ses graves confidences :

« Mes enfants et chers amys

On m’a vendue et trahie

Et bientôt serai livrée à mort.

Je vous supplie de prier Dieu pour moi ».

Humble requête en ce printemps plein de

promesses.



Compiègne, sise sur l’Oise,

A l’abri de son double rempart

Couronné de vingt tours

Percé de dix solides portes.

Reliée aux prairies d’alentours

Par un pont aux arches massives.

Soldats et bourgeois veillent

Car Bourguignons et Anglais

Picards et Flamands convoitent la cité.

A Crépy-en-Valois Jeanne se prépare

A voler, sans grand appui, au secours de la ville.

Qui donc pourrait l’arrêter en ce printemps

1430 ?.



Vers la mi-temps de nuit

Son ost est en marche

Par la forêt qui ceinture Compiègne.

A l’aube, telle la jeune Espérance

Elle entre dans la ville

Par la porte Pierrefonds.

Comme elle en a coutume

Elle prie, console, réconforte

Les cœurs faibles et les volontés défaillantes.

Tel à Orléans, Jargeau et Patay.

Il y a un an à peine.



Cinq heures, en cette vesprée 1430

Jeanne, en tête de sa troupe

Tente une sortie contre les Bourguignons.

Par deux fois les repousse

Mais à la tierce se replie.
Les Anglais lui coupent la route

La lourde herse la sépare de la ville.

Jeanne à l’arrière de sa troupe

Tel le bon berger veille sur les siens.

Vaine résistance, elle est prise

Par un Picard qui exige sa foi.

Mais Jeanne a baillé sa foi à Jésus-Christ

Elle ne le reprendra jamais.



Jalousie, mère de trahison

A-t-elle joué contre l’héroïne ?

Les historiens en débattent encore…

Mais son regard à elle

Saisit l’événement à plus grande profondeur.

Depuis Melun elle sait l’inévitable

Si elle veut bien s’en remettre à son Seigneur.

« Prends tout en gré Dieu te sera en aide ».

Comment pourrait-elle douter de son Maître

Qui jamais ne lui a failli ?

Aujourd’hui dans la défaite

Comme hier en victoire

Jeanne à lui se remet.


Jeanne, fille de Dieu, je te salue

Au soir de ce jour de mai

Où ta vie bascule en grande

souffrance.

Autour de toi j’entends la joie bruyante

De ceux qui te craignaient

Bien plus qu’une armée !

Tandis que Compiègne, la fidèle

S’enfonce dans un silence accablant

Aussi opaque que la nuit.

Contraste.

Qu’en sera-t-il demain

Quel avenir naîtra de cette ignominie ?

Printemps obscur pour la cité et pour toi.



Jeanne aux mains liées, je te salue !

Entourée de tes gardes

Tu conserves ton humble dignité.

L’escorte t’entraîne au camp de Marigny.

Déjà pleuvent insultes et quolibets

Comme en cette nuit du jeudi Saint…

De Coudun le duc est accouru

Tête à tête pathétique, comme Hérode

et Jésus.

L’histoire n’en a gardé trace

Les témoins plaident l’oubli

Stratégie de lâches

Quand la vérité trop ébloui !



Icône de Jésus, je te salue

Jeanne enchaînée, moquée, humiliée.

Bientôt tu dévoileras à tes juges

La beauté de ta vie intérieure :

« Il est bon que je suis prise

Diras-tu, puisque cela plaît au Seigneur. »

Echo de Jésus en agonie :

« Père ta volonté, non la mienne ».

Jésus consacre ta vie

Du sceau du plus grand Amour.

T’embrassant étroitement

Il te hisse avec lui sur sa Croix.

Epousailles, en ce beau mai 1430.



Nous remercions le lecteur qui nous a confié ce texte et nous lui demandons de bien vouloir se faire connaître et de nous en indiquer l'auteur.

Merci.








P.M.